mardi 15 août 2017

Laurent Drelincourt sur l’arc-en-ciel



Le vingt-troisième sonnet du premier livre des Sonnets chrétiens de Laurent Drelincourt se penche sur l’arc-en-ciel :

Le bel astre du jour, dans le sein de l’orage,
Nous forme, tout à coup, ce lumineux tableau,
Et tout à coup, aussi, le couvrant d’un rideau,
Il dérobe à nos yeux son inconstant ouvrage.

De ce peintre brillant, la toile est le nuage
Ses rayons réfléchis lui servent de pinceau
Il prend pour ses couleurs l’or, l’azur, le feu, l’eau,
Et la vapeur commence et finit cette image.

Fragiles ornements, éclat faible et trompeur,
Passagères beautés, filles de la vapeur
Des faux biens d’ici-bas vous peignez l’inconstance.

Par les mêmes couleurs, et par les mêmes traits,
Vous imprimez la crainte, et donnez l’espérance,
Vous annoncez la guerre, et vous marquez la paix.


Egalement publié sur mon site Internet (ici). Vous y trouverez en plus les annotations de l’auteur et un facsimilé de l’édition de 1680.

lundi 17 juillet 2017

Henriette André-Walther – une petite biographie



Henriette (Napoléone Joséphine Frédérique) Walther naît à Paris le 14 juin 1807. Son père est Frédéric Louis-Henri Walther (1761-1813), fils d’un pasteur luthérien [1] et commandant des grenadiers à cheval de la garde impériale ; sa mère, Louise Coulmann (1783-1822), est la fille d’un avocat de la régence à Bischwiller (Alsace).

Henriette est la seconde fille du couple ; elle a une sœur ainée, Louise (1803-1875) ; leur seul frère, Napoléon Frédéric, ne survivra pas à sa première année (1810).

La famille est assez proche de la cour impériale ; Napoléon et son épouse Joséphine expriment le désir d’être les parrains de Henriette, mais le baptême ne pourra avoir lieu que pendant les Cent jours (1815).

Henriette André-Walther – a short biography



Henriette (Napoléone Joséphine Frédérique) Walther was born in Paris on June 14, 1807. Her father was Frédéric Louis-Henri Walther (1761-1813), son of a Lutheran minister [1] and commanding officer of the mounted grenadiers (grenadiers à cheval) of the Imperial Guard; his mother, Louise Coulmann (1783-1822), was the daughter of an advocate of the Regence in Bischwiller (Alsace).

Henriette was the couple’s second daughter; she had an elder sister, Louise (1803-1875). Their only brother, Napoléon Frédéric, died during his first year (1810).

The Walther family was quite close to the imperial court; Napoleon and his wife Joséphine expressed their desire to be Henriette’s godparents, but the baptism could only take place during the “Hundred days” (i.e. in 1815).

Henriette André-Walther – ihr Leben im Umriss



Henriette (Napoleone Joséphine Frédérique) Walther wurde am 14. Juni 1807 in Paris geboren. Ihr Vater war Frederic Louis-Henri Walther (1761-1813), der Sohn eines evangelischen Pastors [1] und Kommandant der berittenen Grenadiere der kaiserlichen Garde; seine Mutter, Louise Coulmann (1783-1822), war die Tochter eines Anwalts der Regentschaft in Bischwiller (Elsass).

Henriette war die zweite Tochter ihrer Eltern; sie hatte eine ältere Schwester, Louise (1803-1875); ihr einziger Bruder, Napoleon Frederic, überlebte sein erstes Jahr (1810) nicht.

Die Familie stand dem kaiserlichen Hof nahe. Napoleon und seine Frau Josephine brachten den Wunsch zum Ausdruck, die Taufpaten Henriettes zu sein, aber die Taufe konnte schließlich erst während der „Hundert Tage“ (d.h. im Jahre 1815) stattfinden.

lundi 10 juillet 2017

Sermons de David Eustache



Je viens d’ajouter seize sermons de David Eustache (1595-1672) à mon site, dont un (sur Col 1.27) qui provient de ma petite collection personnelle et qui, à ma connaissance, n’est disponible nulle part ailleurs. Vous pouvez trouver ces sermons ici.

lundi 3 juillet 2017

David Eustache – une petite biographie



David Eustache naît dans le Dauphiné autour de 1595.

Après ses études de théologie, dont nous ignorons tout, il semble avoir exercé le ministère pastoral à partir de 1622. Il a été ministre de l’Eglise réformée à Corps [1] (Isère), à La Terrasse [2] (Isère), à La Mure [3] (Isère), à Mens [4] (Isère), à Die [5] (Drôme), puis à Montpellier [6] (Hérault).

Pendant son ministère à La Mure, Eustache affronte plusieurs adversaires catholiques [7] :

lundi 26 juin 2017

Saurin sur l’idolâtrie




Ayant opposé la religion naturelle à l’idolâtrie et à la superstition dans la section IX de la première partie de son Abrégé de théologie, Jacques Saurin (1677-1730) aborde dans la section X plus particulièrement la nature de l’idolâtrie :  

Demande du catéchiste : Combien y a-t-il de sortes d’idolâtrie ?

Réponse du catéchumène : Il y en a deux principales : l’une est l’idolâtrie dans la religion, et l’autre l’idolâtrie dans les mœurs [1].

D.     Qu’entendez-vous par l’idolâtrie dans la religion ?