lundi 20 novembre 2017

Laurent Drelincourt sur la mer



Le vingt-cinquième sonnet du premier livre des Sonnets chrétiens de Laurent Drelincourt (1625-1680) célèbre la majesté de la mer:

J’admire, en te voyant, la source dont tu sors, 
Les biens que tu produis, et les biens que tu pilles, 
Et la robe d’argent, dont parfois tu t’habilles 
Lorsque les vents, émus, troublent ton vaste corps. 

Qui pourrait de ton sein compter tous les trésors ? 
De tes divers poissons les nombreuses familles ? 
Les perles, l’ambre-gris, le corail, les coquilles, 
Que ton bruyant courroux étale sur tes bords ? 

Surtout, je dois bénir la puissance adorable, 
Qui dompte ta fureur, avec des grains de sable, 
Et dont la sage main ton flux a limité. 

Mais, quand dois-je aborder cette mer pacifique, 
Sans tempête, sans flots, où, dans l’éternité, 
L’on voit ce que la gloire a de plus magnifique ?


Egalement publié sur mon site Internet (ici). Vous y trouverez également le facsimilé de l’édition de 1680.

lundi 13 novembre 2017

Les sermons d’Esprit Fléchier



Je viens de mettre en ligne les 39 sermons et exhortations comprises dans les Œuvres complètes d’Esprit Fléchier (1632-1710), évêque à Nîmes et l’un des grands orateurs catholiques du XVIIème siècle. 

Fléchier s’est fait un nom avec ses éloges funèbres et ses panégyriques (éloges d’un saint), mais je me suis concentré sur ses sermons proprement dits. Vous pouvez les trouver ici

L’index scripturaire et l’index chronologique ont été mis à jour.

lundi 6 novembre 2017

Portraits de Jean Daillé


Nous sommes en possession de deux portraits de Jean Daillé: 

Le premier date de 1670. La gravure - très belle - est de Pierre Lombart (1612-1681 ?), d’après un tableau de Wallerant Vaillant (1623-1677). Elle est également répertoriée au British Museum (ici) et à la Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel (ici). 

L’inscription latine qui entoure le portrait dit : « Ioannes Dallaeus Evangelii Minister Quis Desiderio sit Pudor aut Modus tam Cari Capitis », ce qui pourrait se traduire par « Jean Daillé, ministre de l’Evangile », suivi par une citation du poète Horace (Livre 1, Ode 24 à Virigile) : « Quelle honte ou quelle mesure serait dans le regret d'une tête si chère ? » 

Une deuxième instription sous le portrait dit : « DALLAEO ingenium, mens et divinior, atque os Magna sonans; verum proh dolor! ille FVIT., ce qui peut se rendre par « Daillé était doué, il avait un esprit divin et une grande et forte voix, mais, hélas!, il n’est plus ! »