lundi 23 avril 2018

Benjamin de Brissac (1640-1721) – une petite biographie

Benjamin de Brissac, sieur du Vigneau [1], naît en 1640. Il est le fils de Jacques de Brissac (1592-1667), ancien professeur de philosophie à l’Académie de Saumur et pasteur de Loudun (Vienne), et de sa seconde épouse, Marie Ribay [2] (1626-?). 

 

Après des études de théologie, il est consacré au saint ministère en 1672 et devient pasteur de l’Eglise réformée de Chatillon-sur-Indre (Indre) en 1673, puis de Châtellerault [3] (Vienne) à partir de 1675 [4].

Le 16 février 1676, il se marie avec Suzanne Catillon [5] (1663-1721), fille de Jean Catillon, marchand joaillier et « garde des pierreries de son Altesse Royale, Mademoiselle d’Orléans » [6].

lundi 16 avril 2018

Les sermons de Jean-Maximilian de l’Angle



Désormais, vous trouverez sur mon site la totalité des 28 sermons publiés de Jean-Maximilian de l’Angle (1590-1674), pasteur réformé à Rouen. Vous y accéderez en cliquant ici.

J’ai également rassemblé quelques documents le concernant que vous pourrez consulter ici.

Enfin, la biographie de ce pasteur influent en Normandie se trouve ici.

lundi 9 avril 2018

La terre, vue par Laurent Drelincourt



Le vingt-huitième sonnet du premier livre des Sonnets chrétiens, Laurent Drelincourt (1625-1680) est consacré à la terre :

Maison des bergers et des rois,
Corps à qui la cause première
Sans autre organe que sa voix
Donna la forme et la matière ;

dimanche 1 avril 2018

Un sermon pour le dimanche de Pâques



Notre sermon pascal a été écrit par le pasteur genevois Jean Isaac Samuel Cellerier (1753-1844) pour le jour de Pâques de l’an 1802. 

Comme le dit la note introductive, les circonstances de cette prédication étaient particulières, car « l’ère chrétienne venait d’être rétablie et … le culte divin put être célébré de nouveau avec son antique solennité ». En 1792, Genève a été atteinte par la Révolution française, puis, en 1798, annexée par la France ; celle-ci, après le coup d’état de 1799, s’achemine vers le règne de Napoléon Ier. 

Le prédicateur se réjouit du « triomphe de la religion du Christ ». Il note que pour entrer dans la joie de l’Eglise, qui fête à la fois la résurrection du Christ et sa propre résurrection, il faut lui appartenir et revêtir les sentiments des premiers chrétiens. A cette fin, il se propose de sonder une parole de Paul adressée aux Colossiens : 
Si vous êtes ressuscité avec Christ, cherchez les choses du ciel. (Col 3.1)